Dragon Médiéval

Dragon Médiéval Occidental : 13 clés pour tout savoir !

de lecture - mots

Ah le Moyen age ! Le Château Fort, la Forteresse, les saltimbanques, les troubadours, les seigneurs, les tournois ... mais, par hasard, ne sommes nous pas entrain d'oublier quelqu'un ?

Réfléchissons ensemble ... Qu'y a t-il de plus moyenâgeux qu'un Dragon ? Que ce soit Smaug du seigneur des anneaux, ou Drogon de Game of Thrones ... le physique et la prestance de ces dragons sont les vestiges les plus représentatif du Moyen-Age occidental.

Dans le Moyen age occidental, contrairement à leurs homologues Dragons Japonais et Dragons Chinois, ils n'ont pas la réputation d'êtres des créatures qui amènent le bien, la santé et la prospérité.

Tu brûles surement d'envie d'en savoir plus sur les dragons médiévaux occidentaux. Voici les 13 clés pour réaliser ton désir !

Dragon Versus Chevalier

1. Au Moyen Âge, on connaissait déjà le Dragon !

Quand on entend le mot Dragon, on pense tout de suite à un brasier géant qui respire, à un lézard volant muni de pattes, à des griffes acérées, ou bien encore à une grosse voix. Et bien, sache que pour les moyenâgeux, il en était de même !

Collection des Produits Dragons les plus vendus

Dragon scandinave : problème de représentation

Paul Acker a démontré que les séries scandinaves ne s'attardent que peu sur les caractéristiques physique de leurs ennemis dragon. Bien que celles-ci jouent un rôle primordial dans le combat du héros nordique contre lui.

En effet, dans le poème Scandinave Fáfnismál, datant du 13ème siècle, Sigurd creuse un trou, dans lequel il sait que le Dragon nain Fáfnir tombera. Sigurd met alors un coup de couteau dans le cœur de ce dragon. Mais, cet exploit n'a alors que très peu de sens pour les gens du moyen-âge. En effet, tout comme nous, les gens de cette époque s'attendent plutôt à voir un gigantesque monstre marchant sur ses pattes ou s'envolant dans les airs ! 

Tout cela pour dire que dans le Moyen Age occidental, on savait ce qu'était un Dragon !

Fáfnir et sigurd

Sigurd poignardant Fáfnir

2. Au Moyen Âge, on comprenait ce qu'étaient les dragons

Fáfnir est une sorte de serpent géant. Il éructe des nuages et des torrents de venin.

Une caractéristique que l'on attribue souvent aux dragons dans les bestiaires médiévaux (manuscrits médiévaux regroupant fables et moralités sur les "bêtes", réelles ou imaginaire) est leur compétence à éliminer des animaux géants, tels que des éléphants, par serrage et suffocation. Comme ... un serpent géant !

Au moyen age, personne n'est choqué lorsque le grand dragon de Chrétien de Troyes, dans Yvain, est "tellement rempli de mal que le feu a sauté de sa gueule". Ou quand la version Nordique de l'Arthuriana de Chrétien, autorise son dragon à se passer de la cuisson et se mettre directement à table.

Certaines fois, les dragons sont alors représenté comme des êtres volants, et d'autres fois comme de simple dragon, ou encore comme des vers géant prenant leur envol.

Au Moyen-age, les personnes entendaient par dragon une palette beaucoup plus large et diversifiée, que les codes de la fantaisie moderne.

Yvain et le Dragon

Le chevalier Yvain combattant le Dragon

3. Avant d’être volant, les dragons étaient tombant !

Et oui, tu as bien lu ! Avant d'avoir cette étonnante faculté de pouvoir voler, le dragon médiéval chutait des arbres sur la tête des individus.

Comme le montre l'histoire naturelle de Pline l'Ancien (qui est une puissante source d'inspiration pour les encyclopédies et bestiaires médiévaux), le Iaculus se jetait des branches des arbres. Au commencement du 7ème siècle, Isidiore de Séville a indiqué que ce fameux Iaculus tenait son nom du Javelot. 

La saga Scandinave Rómverja fait resurgir cette indication dans un contexte terrifiant : " Il frappa cet homme dénommé Paulus, puis le serpent jaillit directement dans sa tête et hors de sa joue ".

Iaculus

Iaculus

4. Les scientifiques adoraient haïr les dragons

Les dragons étaient les ennemis préféré des scientifiques. 

Notamment à cause des mythologies concernant les dragons. Elles remontent à très loin dans le temps, et semblent s’étendre un peu partout à travers le monde.

Une des plus vieilles légendes raconte qu'un Dragon a dévorer le ciel. Dans les fables Babyloniennes et Indiennes, les dragons mangeaient déjà le soleil et la lune afin de déclencher des éclipses et les différentes phases de la lune.

Les astrologues et astronomes médiévaux Juifs et Musulmans, même s'il dessinaient des diagrammes pour apprivoiser les mouvements naturels du ciel (dans le cadre du géo-centrisme, évidemment), ne pouvaient pas abandonner l'idée qu'il y avait un dragon dans le ciel.

Dans des illustrations astrologiques et dans des ornements arabes et persans, le dragon (entre le soleil et la lune) est le symbole standard de l’éclipse.

Dragon et Lune

5. À la limite du surnaturel et du fantastique

Aujourd'hui, comme pour le père noël, très peu de gens croient que les dragons ailés et cracheurs de feu, ont réellement existé.

En revanche, au Moyen Âge, les dragons étaient pour les habitants de l'époque bien réels et très effrayants. 

Plusieurs récits de tueurs de dragons, comme Saint Georges, racontent des histoires d'hommes, ou de femmes, luttant avec témérité contre ces terribles monstres. 

Les dragon n'étaient alors pas simplement destiné à apparaître dans des films, des séries ou des histoires fantastiques.

En effet, ils étaient également présent dans des compilations écrites sur les animaux, aussi nommés bestiaires. On les voit également dans des manuscrits d'histoire naturelle. Les livres de bestiaire donnaient souvent une description et des illustrations des créatures.

Bestiaire de Dragon

Bestiaire de Dragon

6. L'incarnation du mal, pour les Chrétiens

Au Moyen Âge, la quasi-totalité de population, pensaient que les dragons étaient méchants, assassins et qu'ils n'auguraient rien de bon, voire qu'ils annonçaient de terribles mésaventures.

Les Chrétiens voyaient en eux la représentation du péché, du diable. Ces croyances étaient surement tirées du livre de Job de la Bible, qui parlait d'une bête terrifiante appelée le Léviathan.

Selon la description biblique du Léviathan, de la fumée s'échappait de ses narines et des flammes éructait de sa gueule. Ses écailles étaient présentées comme des doubles rangées de boucliers impénétrables.

👉 On a fait un article sur les passages Bibliques qui parlent de dragons.

Leviathan

Léviathan

7. Le physique des dragons médiévaux

D'après la légende médiévale, voici les caractéristiques principales des dragons : 

  • Ils étaient de gigantesques créatures. D'ailleurs le bestiaire d'Aberdeen, écrit vers 1500, nous parle des dragons comme étant les êtres les plus grands de la planète,
  • Cette créature de combat était muni d'écailles et pourvu de grandes griffes,
  • Ces animaux de légendes étaient souvent dotées d'ailes de chauve-souris,
  • Ils avaient quatre pattes dans la plupart des cas. Cela dit, d'après certains récits, ils n'en avaient que deux.

Un Dragon Médiéval

Un Dragon du Moyen-Age

8. Le régime des Dragons médiévaux

Bien qu'il n'avait probablement rien contre, le dragon médiéval n'était pas végétarien. Il adorait avoir du bétail et des moutons pour son goûter.

Ces animaux mythologiques appréciaient également la viande humaine, et particulièrement celle d'une jeune fille.

9. Les Gardiens du trésor ?

La population du moyen-âge pensait que des dragons avaient pour domicile des grottes et des montagnes, dans lesquelles ils gardaient amoureusement de l'or, ainsi que d'autres trésors.

Un Dragon et son trésor

10. Saint Georges, le tueur de dragon

Le héros Saint-Georges est probablement le plus célèbre tueur de dragon de l'histoire. En 1483, ce récit a été publié et diffusé en masse, dans un bouquin intitulé "La légende d'or".

Selon l'histoire, George est allé dans le ville Libyenne de Silène. Là-bas, il prit connaissance qu'un dragon terrorisait la planète. Les habitants de la ville donnaient des moutons au dragon pour le rassasier et le tenir éloigné. 

Quand il n'y a plus eu de moutons, ils ont donné des humains à cette affreuse créature, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que la fille du roi. Mais, coup de théâtre, juste avant de livrer cette fille à la bouche du dragon, George lia le dragon et lui coupa la tête d'un coup sec.

Saint George abat le Dragon

Saint-Georges contre le dragon

11. Sainte Elisabeth, pietineuse de Dragon

Saint Georges ne fut pas le seul saint qui ait exterminer des dragons. Avant Saint Georges, une multitude de saint grecs et latin ont combattus des Dragons. Ces légendes et mythes ont pris de plus en plus d'importances au fil du Moyen age.

Par exemple, au 5ème siècle, Sainte Elisabeth, admirable femme de Constantinople, était l’abbesse d'un couvent en problème d'argent. L'empereur fit alors offrande à sa communauté d'un bout de terrain de la ville. Mais, il était en piteux états : les bâtiments étaient détruits et les villageois avaient disparus depuis longtemps, terrorisé par le Dragon qui arpentait les rues. Elisabeth a affronté la bête, et d'après bible, l'a piétiné !

Sainte Elisabeth

Sainte Elisabeth

12. Gérolde, chasseur de dragon

Gérolde n'est pas aussi célèbre que le fameux Saint Georges, mais c'est bien beau destructeur de dragon.

Ce héros a vécu à l'âge des ténèbres. Accompagné de ses disciple, il a traversé le pays, luttant contre le mal et réduisant à néant tous les dragons qu'il trouvait.

Son armure brillante, reflétant les rayons de l'ardent soleil, aveuglait les dragons. Ainsi, il pouvait aisément en venir à bout à l'aide sa lance.

En récompenses à ses succès, Gérolde reçut de nombreux rubans et guirlandes de ses admirateurs. Il prit alors l'initiative de faire une veste a base de rubans. Cette veste empêcha l'armure d'aveugler le dragon, comme auparavant. Le dragon put alors souffler un vent de feu contre Gérolde, le transformant en un tas de cendres.

Gérolde

Gérolde

13. Sainte Marguerite d'Antioche, la Sainte patronne des accouchements

D'après des mythes occidentaux, Marguerite d'Antioche, fut embastillée et torturée par les Païens, en raisons de sa chrétienté. Mais une créature voulait également s'en prendre à la brave Marguerite. Tu l'a deviné, il s'agit bien d'un Dragon. En prison, elle fut donc prise à partie par un dragon qui l'a mangée.

Mais, Dieu était avec Marguerite, bien entendu ! Elle a explosé de son estomac, pulvérisant ainsi le dragon. Elle ne mourra donc pas ... enfin, pas tout de suite !

Pour les dames du moyen age, le symbolisme était très important. Elle avaient à cœur de rendre hommage à Sainte Marguerite dans les salles d'accouchement, à travers des prières.

Même dans les classes moyennes et supérieures, des parcelles d'hagiographie de Marguerite ou des bout de papier portant son nom étaient mis dans la pièce où la mère accouchait. Ces bouts de papiers étaient vu comme une amulette de protection.

Aujourd’hui encore, Marguerite d'Antioche est la patronne des infirmières, des exilés, de maltes, des paysans et des accouchements.

Sainte Marguerite d'Antioche

Sainte Marguerite d'Antioche

La passion du Moyen Age et des Dragons n'a pas de limite !

Prolonge à l'infini ta passion du moyen age et des dragons, en découvrant les produits médiévaux proposé par le Clan du Dragon.

Tu peux y retrouver notamment le fameux Bracelet Médiéval Dragon.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.