Dragons Japonais

Les Dragons Japonais : tout savoir !

de lecture - mots

Les fantômes, les démons et les esprits sont les créatures les plus populaires de la mythologie japonaise. Mais, ce sont loin d'être les seules présentes dans les légendes et le folklore du pays du soleil levant.

Des entités un peu moins connues à l’échelle internationale, mais non moins puissantes, sont les dragons japonais. Ces créatures vivent généralement dans l'eau et se transforment en homme, voire en femme magnifique.

Même si les dragons du Japon sont des créatures mythiques emblématiques, peu d'occidentaux sont conscients de leur rôle majeur dans les légendes classiques du Japon.

Une idée fausse est que les dragons sont tous les mêmes dans toute l’Asie. Certes, il y a des gros points communs entre les différents dragons des pays Asiatiques (Chine, Japon, Vietnam, Corée ..), mais chacun possède ses propres caractéristiques et légendes.

Créature de la mythologie Japonaise

Contrairement à ce que laisse croire cette image, les dragons Japonais sont généralement "gentils"

1. La Mythologie des Dragon Japonais

A. Inspiration Shintoïste et Bouddhiste

Comme le dragon chinois, le dragon Japonais est inspiré de la mythologie shintoïste et bouddhiste pour son histoire de création et ses légendes.

D'ailleurs le dragon chinois a de fortes ressemblance avec le Japonais. Physiquement, la principale différence entre eux est le nombre de griffes qu'ils possèdent : trois pour la créature japonaise, quatre ou cinq pour la Chinoise. Seul l'empereur de Chine pouvait arborer un dragon a 5 griffes sur ses vêtements.

B. Création de l'univers

Dans la mythologie Japonaise, on pense que plusieurs divinités ont vu le jour lors de la création de l'univers. Elles sont appelées collectivement kotoamatsukami.

Après la formation du ciel et de la terre, sept générations de Dieux (appelés individuellement kami) ont émergés. Ils ont été considérées comme kamiyonanayo ou l'Âge des sept générations de dieux.

Collection des Produits Dragons les plus vendus

Selon la légende de la création japonaise, le kamiyonanayo était composé de douze dieux. Parmi eux, deux servaient de kamis individuels initiaux, appelés hitorigami. Tandis que les dix autres se présentaient sous la forme de couples, frères et sœurs, ou mariés.

De ces divinités, de nombreux autres dieux et déesses ont vu le jour, ainsi que diverses créatures qui ont servi de gardiens, de messagers, de guerriers et d'ennemis.

C. Dragons Japonais

Les dragons japonais étaient uniques, en ce sens qu'ils servaient de dieux de l'eau qui régnaient sur les océans.

Ils combattaient avec d'autres dieux, se métamorphosaient en êtres humains, ou inversement.

Pour les Japonais, les dragons étaient l'incarnation de la sagesse, du succès et de la force.

Dragon Japonais Noir

2. Dragons au Japon : Noms, significations et histoires

Certaines des premières apparitions de dragons dans la mythologie japonaise ont eu lieu dans les Kojiki (680 après JC) et Nihongi (720 après JC).

Le Kojiki, également connu sous le nom de Records of Ancient Matters ou Furukotofumi, regroupe divers mythes liés aux quatre îles du Japon.

Le Nihongi, également appelé Nihon Shoki ou Les Chroniques du Japon, constitue un document historique plus détaillé et plus élaboré que le Kojiki.

Dans ces deux manuscrits, les divinités de l’eau sous forme de serpents ou de dragons asiatiques sont mentionnées à maintes reprises, et de nombreuses manières. Ces créatures sont considérées comme les dragons indigènes du Japon. Voici les plus célèbres.

Kojiki

A. Yamata no Orochi : Le dragon à huit queues et huit têtes

Yamata no Orochi, ou simplement Orochi, était un dragon à huit queues et à huit têtes. Contrairement à la plupart des dragons du Japon qui sont bienveillants, cette créature était maléfique.

Chaque année, il dévorait l'une des filles des kunitsukami, deux dieux terrestres. La légende commence par raconter comment Susanoo, le dieu Shinto de la mer et des tempêtes, a été expulsé du ciel à cause de ses duperies envers Amaterasu, sa sœur et la déesse du soleil.

Près de la rivière Hi (aujourd'hui appelée rivière Hii) dans la province d'Izumo, Susanoo a rencontré les kunitsukami. Ils pleuraient sur le fait qu'ils devaient abandonner une fille chaque année pendant sept ans pour faire plaisir au serpent géant Orochi. Et qu'ils devraient bientôt sacrifier leur dernière fille, Kushi-nada-hime.

Susanoo a proposer de sauver Kushi-nada-hime, en "échange de sa main". Les kunitsukami acceptèrent et Susanoo transforma leur fille en peigne devant leurs yeux. Puis il la glissa dans ses cheveux. Il demanda ensuite au kunitsukami de préparer du saké à huit fois et de faire huit placards, chacun ayant une bidon rempli d'alcool.

Yamata-No-Orochi

Le gigantesque serpent dragon Yamata-No-Orochi, après avoir bu

Lorsque le serpent colossal à huit têtes apparu, Susanoo s'aperçu qu'il avait des yeux rouges, huit queues et huit têtes, des cyprès et des sapins poussant sur le dos. Le corps du dragon s'étendait sur huit vallées et huit collines, alors qu'il rampait vers la patrie des kunitsukami.

En atteignant les bacs, Orochi bu tout le saké. Il s’enivra, pour finalement roupiller. Susanoo en profita pour tuer le dragon, en le découpant en petits morceaux à l'aide de son épée à dix pans. Alors que Susanoo ouvrait la queue du dragon, il trouva une épée à l'intérieur qui s'appellerait plus tard Kusanagi-no-Tsurugi. C'est la même épée que Susanoo donnera finalement à Amaterasu en guise de réconciliation.

L'épée, ainsi qu'un miroir et un bijou nommés respectivement Yata no Kagami et Yasakani no Magatama, sont considérés comme les insignes des empereurs du Japon.

Le combat de Susanoo contre Yamata-No-Orochi

Le combat de Susanoo contre Yamata-No-Orochi

B. Watatsumi ou Ryujin : Le dieu de la mer ou roi de la mer

Watatsumi, ou Ryujin, était un dieu de la mer légendaire et un dragon japonais. Un autre nom de ce dragon est Owatatsumi no Kami, qui signifie « le grand dieu de la mer ».

Selon la mythologie japonaise, ce roi des mers vivait dans un palais, connu sous le nom de Ryugo-jo, sous la mer. On pense que ce dragon de mer servait de gardien à la religion shinto et qu'il souhaitait la bienvenue aux humains dans son royaume, lorsqu'ils tombaient à la mer. Lui et ses nombreuses filles ont souvent participé à diverses légendes.

Une histoire dans le Kojiki raconte comment un homme nommé Hoori a perdu l'hameçon de son frère dans la mer. En le cherchant, il a rencontré Otohime, une fille du Ryujin. Hoori et la déesse du dragon se sont finalement mariés, et ont vécu dans le palais sous-marin du Ryujin (Ryugo-jo).

Palais du Ryujin

Le somptueux palais du Ryujin

Après trois ans, Hoori a commencé à avoir le mal du pays et voulait à nouveau vivre sur la terre ferme. Mais, il craignait de faire face à son frère, puisqu'il était dépourvu de l'hameçon.

Watatsumi questionna Hoori pour savoir ce qui le dérangeait. Après avoir entendu ses préoccupations, le dieu de l'eau convoqua tous les poissons de la mer pour demander si l'un d'entre eux avait vu l'hameçon.

Heureusement, l'un des poissons tomba sur l'hameçon et le coinça dans lsa gorge. Il fut lavé et donné à Hoori.

Le roi Ryujin a ensuite demandé à Hoori de ramener Otohime avec lui sur les terres à l’aide d’un wani, un autre dragon mythique, pouvant être qualifié de monstre marin.

Dans le Nihongi, Ryujin apparaît également dans les récits de l'empereur Keiko et de l'empereur Jimmu. Selon ces textes, l'armée de l'empereur Keiko a traversé des eaux difficiles, en voyageant par les terres situées entre la province de Sagami et de Kazusa. Cette calamité était associée à Watatsumi, à qui il fallait offrir des sacrifices humains pour calmer les choses.

Le Roi des mers du Japon Ryujin est cité dans l'histoire de l'empereur Jimmu, en raison de la prétention de ce dernier d'être un descendant de Toyotama-hime, fille d'Otohime et de Hoori.

Ryujin

Le Roi Ryujin

C. Toyotama-hime : La princesse des perles lumineuses

Comme mentionné précédemment, Toyotama-hime était une descendante de Watatsumi. Elle est également connue sous le nom de la luxuriante princesse et figure dans la légende connue sous le nom de chance de la mer et de la montagne.

Dans ce récit, Toyotama-hime n'est pas présentée comme la fille d'Otohime et de Hoori, mais assume plutôt le rôle d'Otohime, elle-même.

En outre, Watatsumi reconnaît Hoori comme étant le descendant d'un autre dieu et organise rapidement un banquet pour lui. Dans cette légende, les mêmes événements de deux personnes qui se marient, puis vivent à Ryugo-jo pendant trois ans et remontent sur les terres restent intacts. Leur vie sur terre est alors racontée en détail.

À l'annonce de la grossesse de la déese, Hoori a construit une cabane où elle pourrait accoucher. Elle demanda à son mari de ne pas assister à la naissance de leur fils, Ugayafukiaezu. Mais la curiosité de Hoori l'a amené à espionner sa femme.

Étonnamment, au lieu de voir Toyotama-hime, Hoori a vu un wani ressemblant à un crocodile berçant son fils. Apparemment, il était nécessaire que Toyotama-hime accouche pour changer de forme. Elle ne voulait pas que son mari la voie dans cet état.

Toyotama-hime surprit Hoori en train de l'espionner et se sentit trahie. Ne pouvant pardonner à son mari, elle décida de le quitter, ainsi que leur fils, en revenant à Ryugo-jo. Ensuite, elle envoya sa sœur, Tamayori, à Hoori pour aider à élever Ugayafukiaezu.

Tamayori et Ugayafukiaezu finissent par se marier et donner naissance à un fils, le fameux empereur Jimmu.

Toyotama Hime

Madame la princesse des perles lumineuses

D. Mizuchi : Le dragon à quatre pattes 

Selon une autre mythologie de la culture Japonaise, Mizuchi était un dragon d'eau qui habitait dans la rivière Kawashima et qui tuait les voyageurs de passage en crachant du venin. Agatamori, un ancêtre du clan de Kasa no omi, s'est rendu à la rivière et a proposé un défi au dragon.

Agatamori a lancé trois gourdes (calebasses) au bord de la rivière, qui sont restées à la surface de l'eau. Il a dit à Mizuchi de faire couler les gourdes, sinon il devrait le tuer.

Le dragon se transforma en un cerf pour essayer de couler les calebasses, mais échoua finalement. Agatamori tua alors la créature draconique, ainsi que les autres dragons d'eau au fond de la rivière. 

Selon la légende, la rivière est devenue rouge à cause de ce massacre. La rivière fut ensuite désignée sous le nom de Pool of Agatamori.

Mizuchi

Mizuchi

E. Kiyohime : La princesse de la pureté

Kiyohime, ou simplement Kiyo, était la fille d'un propriétaire ou chef du village, connu sous le nom de Shoji. Sa famille était assez riche. Elle était chargée de recevoir et de loger les prêtres itinérants.

Le conte de Kiyohime raconte comment un beau prêtre appelé Anchin est tombé amoureux de la ravissante fille. Mais un jour, il décida de ne plus la revoir. Ce changement soudain n’a pas été bien accueilli par Kiyohime, qui s’attaqua au prêtre avec colère.

Sur la rivière Hidaka, Anchin demanda de l'aide à un passeur pour traverser la rivière. Il a également dit au batelier de ne pas autoriser Kiyohime à monter sur un bateau.

Kiyohime

Kiyohime, princesse de la pureté

Après avoir compris le plan d'Anchin, Kiyohime sauta dans la rivière Hidaka et commença à nager en direction de son bateau. En nageant, son énorme rage la transforma en un colossal dragon.

Anchin couru se réfugier dans un temple appelé Dojo-ji. Il demanda de l'aide et une protection. Les prêtres du temple l'ont alors caché sous une cloche, mais Kiyohime a pu le retrouver grâce à son odeur.

Elle s'enroula autour de la cloche et la frappa fort en utilisant sa queue plusieurs fois. Ensuite, elle a lancé une grande quantité de feu, ce qui a finalement fait fondre la cloche et tué Anchin.

Dragon Japonais temple

Dragon Japonais qui trône au dessus d'un temple

3. Dragons japonais : L'art de dessiner

En ce qui concerne l'art japonais, ou du moins d'inspiration japonaise, l'utilisation des dragons est assez courante.

Au cours des nombreuses années et d'innombrables légendes, ces créatures japonaises sont devenus l'emblème de nombreux concepts tels que force, sagesse, prospérité, longévité et chance.

La manière dont un dragon est représenté dans un dessin, une peinture ou un symbole, contribue grandement à la signification et au concept général.

Dragon Japon Art

A. Différentes significations des dragons Japonais

Voici quelques représentations de dragons Japonais et de leur significations : 

  • L'Ouroboros symbolise le cycle de la vie.
  • Un dragon endormi symbolise un pouvoir ou une force caché qui se manifeste, si besoin est.
  • Un dragon gothique symbolise les instincts primaires de l'homme.
  • Un dragon et un serpent symbolise les idées contradictoires de la superstition et de la science.
  • Une griffe de dragon symbolise l'intrépidité et le pouvoir.
  • Un dragon tribal symbolise une connexion profonde avec la culture de la tribu d'où provient le nom.
  • Un dragon qui vole symbolise le progrès et l'ascension.
  • Un crâne de dragon symbolise le fait qu'une difficulté a été vaincue.
  • Un dragon Yin-Yang symbolise le bon équilibre des forces.
  • Un dragon et un tigre qui symbolise l’importance d’avoir le cerveau et les muscles.
  • Un dragon et une lune symbolise la connexion de la conscience avec la nature.
  • Enfin, un dragon de feu, qui symbolise la passion, le pouvoir et les désirs sexuels.

Watatsumi Art

4. Fan de ce Dragon Oriental ?

Si, comme le Clan du Dragon, tu es un fervent admirateur des Dragons Japonais, et de la culture Japonaise en général : on te conseille d'aller faire un tour sur le site Ambiance-Japon. Tu y trouveras notamment de merveilleux T-Shirt Dragon Japonais.

Saches également que tu peux retrouver le dragon japonais sous plusieurs formes :

  • Dans le Feng Shui (notamment avec la tortue qui est symbole de longévité),
  • Tatouage Dragon Japonais,
  • Autocollants Japonais,
  • Vêtements (où il apparaît parfois avec un Cerisier du Japon, un Koï (carpe), un Samouraï, un kanji (signe Chinois)) ...

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.