Significations et Mythologies Ouroboros

Ouroboros : Mythologies et Significations

de lecture - mots

L'Ouroboros, ou Uroborus, est une symbolique mystique et ancestrale, mettant en scène un dragon, un ver ou un serpent qui se nourrit de sa propre queue.

L'Ouroboros est un mot Grec qui se traduit par "dévoreur de queue". Il est l'un des plus anciens symboles mystiques de ce monde.

Cependant, l'Ouroboros ne provient pas des Grecs et n'est absolument pas une apologie de l'auto-cannibalisme. Mais, quelles sont donc les origines et les significations de cet intriguant emblème universel et millénaire ?

Sachant que ce serpent  est présent dans les mythologies des quatre coins du monde, il y a de fortes chances pour que tu aies déjà entendu ce nom sans savoir à quoi il faisait allusion. Ou que tu ais vu une représentation d’un Ouroboros et que ça ait éveillé la curiosité en toi.

Si tu veux tout savoir sur l'Ouroboros, laisse-nous te dire que tu es au bon endroit. Si t’es prêt à en apprendre davantage sur ce mystérieux serpent, ou dragon ... c'est parti !

Dessin d'Ouroboros

1. Étymologie de l’Ouroboros

Déjà, il faut savoir que le mot « Ouroboros » est un mot de l'ancien Grec, qui signifie littéralement : « qui se mord la queue ».

En effet, Oura signifie "queue" et Bora se traduit par "manger".

Image dragon en forme de Cercle

2. Origines et diffusion de l'Ouroboros

Inspiré du Yin Yang Chinois ancestral, l'Ouroboros trouve son premier essor dans les iconographies de l'Egypte antique. Il se diffuse ensuite dans l'Occident, puis dans le Monde, par l'intermédiaire du domaine "Magique".

En effet, il se propage dans la Grèce Antique, puis dans diverses mythologies d'Europe et du Monde.

Dans la Grèce Antique, l'Ouroboros est un symbole que l'on retrouve dans le Gnosticisme (ensemble des doctrines de la gnose des premiers siècles du Christianisme) et l’Hermétisme.

L'Hermétisme se décompose en deux courants de pensées :

  • Une doctrine ésotérique basée sur des manuscrits de l'Antiquité Classique,
  • Un développement dans le domaine de l'alchimie Médiévale, puis majoritairement ensuite à la Renaissance. D’ailleurs, c'est surtout dans l'alchimie que l'Ouroboros s'est épanoui.

Illustration dragon Ouroboros

3. Significations

L’Ouroboros revêt différentes significations qui s'entrecroisent.

A. Nature cyclique de l'univers

Son symbolisme principal est celui du serpent qui mord, dévore ou mange sa propre queue. Si l'Ouroboros fait cela, c'est pour préserver sa vie, dans un cycle infini de régénérescence. Ainsi, il incarne la nature cyclique de l'univers : la création à partir du chaos, la vie à partir de la mort.

Ainsi, l’Ouroboros symbolise souvent le cycle de la vie, de la mort et de la renaissance, qui est toujours de retour ... menant donc à l’immortalité, à la vie à perpétuité, à l'image du Phoenix.

D'ailleurs, un serpent est incarne souvent l'idée de la régénérescence, puisqu'il semble renaître fréquemment, en perdant et regagnant sa peau.

Cycle naturel de l'Ouroboros

B. L'infini

En plus de mener à l'immortalité comme on vient de le voir juste au dessus, certaines fois, l'Ouroboros apparaît sous les traits d'un lemniscate (courbe ayant l'apparence d'un huit, qui est le symbole actuel de l'infini).

L'Ouroboros peut aussi représenter l'unité primordiale, qui est liée à quelque chose qui existe avant tout commencement, et qui persiste dans la durée sans jamais pouvoir être anéanti.

Dessin de l'infini

C. La fertilité et l'équilibre

Par ailleurs, le serpent qui se mord la queue représente aussi la fertilité. La queue du serpent est un emblème phallique (sexe masculin), alors que sa bouche est un symbole utérin (sexe féminin). Ainsi, il représente aussi les contraires complémentaires, à savoir l'harmonie et l’équilibre de l'univers, comme le yin yang.

Collection des Produits Dragons les plus vendus

D. En bref

En bref, on peut résumer les significations de l'Ouroboros avec les concepts suivant :

  • Temps,
  • Continuité de la vie,
  • Achèvement,
  • Répétition de l'histoire, 
  • Autosuffisance de la nature,
  • Et renaissance de la Terre.

Image serpent en cercle fermé

4. L'Ouroboros dans les mythologies historiques

L’Ouroboros a été utilisé par des civilisations des quatre coin du globe. Bien-sur, chacune d'entre elle l'a utilisée dans le cadre de ses croyances et objectifs.

Ainsi, comme on le disait, l’Ouroboros est un globe trotter. Il a été aperçu :

  • En Egypte antique,
  • En Inde,
  • Au Japon,
  • En Grèce antique (notamment à travers des manuscrits alchimiques)
  • Chez les Aztèques,
  • Chez les Amérindiens,
  • Le peuple Tibétain,
  • Dans l'Europe, du moyen age jusqu'à nos jours,
  • ...

Ce qui est fascinant, c'est que l'Ouroboros s'est incarné dans une multitude de traditions et courants, qui pour beaucoup n'avaient absolument rien en commun (emplacement géographique, époque et croyances totalement différentes).

Ainsi, on l'a retrouvé par exemple dans le Bouddhisme, l'Hindouisme, le Spiritisme (superstition, science occulte ou doctrine), la Théosophie, le Mysticisme, la Kabbale, l'Occultisme ...

De nombreux concepts et personnages historiques ont été liés (ou ont parlés) à l'Ouroboros : Maitreya, Hermès, Guénon ...

Certaines fois, l'Ouroboros a été directement lié à divers symboles, tels que le Yin Yang de Chine, le dieu romain Janus, ou encore le serpent de la Bible, dans le jardin d'Éden.

Le dragon serpent

A. En Chine

Dans la mythologie Chinoise, l'univers fut très tôt séparé en deux parties distinctes : la Terre en bas et le Ciel en haut. Bien qu’étant opposé, ces deux là formaient une unité complémentaire

Pour les Chinois, la reproduction était le fondement de la création de l’univers. Or, on sait pertinemment que la reproduction est l'union de deux opposés complémentaires : le mâle et la femelle.

Ainsi, les Chinois pensaient que la Lumière et les Ténèbres, en tant qu'opposés parfaits, généraient une formidable énergie créatrice lorsqu'ils étaient unifiés.

Les deux opposés formaient le motif du Yin Yang. Leur unité était nommée Chhi.

Lorsque l'alchimie Chinoise a pénétré à Alexandrie, en Egypte, le symbole du Yin Yang a fortement influencé ce qui allait devenir l'emblème Égyptien de l'Ouroboros.

Il ne faut pas oublier qu’à cette époque, on était en plein essor de la route de la soie. Les échanges commerciaux permettaient aux diverses inspirations de s'exporter à travers le monde.

Yin Yang et Ouroboros

Le Yin Yang et l'Ouroboros associés

👉 Pour information, on a rédigé un article sur le Yin Yang et le dragon

B. En Egypte

L'Ouroboros est un symbole très ancien. Pour preuve, on a retrouvé des représentations de ce curieux animal affairé à se croquer la queue, sur les chapelles dorées de Toutânkhamon.

Comme dit un peu plus haut, l'Ouroboros Égyptien, qui fut le premier de l'histoire, a surement été fortement inspiré par le Yin Yang.

Représentation d'un Ouroboros sur le sarcophage de Toutankhamon

Ouroboros sur le sarcophage de Toutankhamon

Destruction créatrice

La première fois que le motif de l'Ouroboros a surgit, c'était dans le livre religieux Égyptien intitulé l'Autre Monde. D'ailleurs, ce dernier était encore d'actualité lors de l'époque Gréco-Romaine.

Ce mystérieux ouvrage ancestral, datant du 16ème siècle avant Jésus Christ, était un manuscrit funéraire de l'Egypte Antique, trouvé dans la tombe de Toutankhamon (KV62). 

Le symbole de l'Ouroboros apparaît lors d'un passage racontant l'histoire de l'union du Dieu Râ (Dieu Solaire) avec le Dieu de la Mort Osiris, dans les enfers. Cela représente la destruction créatrice.

L'Ouroboros y figure deux fois :

  • Le premier entourant la tête et le haut de la poitrine d'un grand personnage (Ro-Osiris, qui est la régénération d'Osiris, en tant que Râ),
  • Et le deuxième encerclant les pieds ce ce même personnage.

Ces deux serpents sont des émanations de la divinité Mehen. Dans d'autres récits funéraires, Mehen défend Râ lors de son périple aux enfers. L'intégralité de cette représentation Divine symbolise le début et la fin des temps.

Dieu Solaire Égyptien Ra

Dieu Solaire Égyptien Râ

Chaos et auto-anéantissement

Dans d'autres sources Égyptienne, et à l'image de plusieurs divinités Égyptienne serpentiformes, il incarne le chaos qui encercle le monde ordonné. Mais, il participe à la régénérescence périodique de ce dernier.

Etant donné que l'animal est montré entrain de se manger lui-même, il a également été associé à l'autodestruction et l’anéantissement.

Renaissance et rajeunissement

Sachant que l'emblème était très présent sur les cercueils, il a aussi été envisagé que l'Ouroboros représentait la notion de renaissance et de rajeunissement.

Le rôle de protecteur a aussi été évoqué.

Ouroborus en Egypte

Cycle de la vie, du temps et des saisons

Les égyptiens percevaient le temps comme une série de boucles répétitives, et non comme une entité linéaire en constante évolution.

Au cœur de cette idée, les Ouroboros étaient utilisés pour représenter les crues du Nil, qui avaient lieu en fonction des cycles saisonniers. Ils étaient primordiaux pour l'agriculture, et donc pour la communauté Égyptienne dans son ensemble.

Par exemple, on note ce genre de déclaration "la crue du Nil, en été, a marqué le début de l'année et a servi de métaphore du temps cyclique, qui revient en lui-même comme un cercle ... permettant le renouvellement, la répétition et la régénération".

Symbole du soleil

De même, le soleil était considéré comme la source du temps cyclique, car il effectuait un périple nocturne vers les eaux de Nun (une sorte de vide primordial), jonché d'obstacles de toutes sortes, d'où il retrouvait son chemin vers le ciel.

Ainsi, l’Ouroboros était l'incarnation du soleil et des déplacements de ce dernier.

Ouroboros et Soleil

Jusqu'à l'ère Romaine

L’Ouroboros a perdurer en Égypte jusqu'à l'ère romaine. A cette période, on le retrouvait souvent sur les talismans magiques, parfois en alliance avec d'autres symboles magiques.

Le Latin Servius, un des hommes les plus instruits de la fin du IVe siècle après Jésus Christ, était parfaitement au courant de l'utilisation de la figure de l'Ouroboros dans l'Egypte Antique. Il a fait remarquer que l'illustration d'un serpent qui se croque le bout de son corps symbolise la nature cyclique de l'année (les saisons ...)

👉 Si ça t’intéresse, sache que l'on a écrit un billet sur le dragon serpent Égyptien Apophis

C. En Grèce

Après avoir fait ses début dans la mythologie de l'ancienne Egypte, l'Ouroboros a été repris par les Phéniciens, puis par les Grecs Antiques. Ce sont ces derniers qui lui ont donnés son appellation d'Ouroboros.

L’être total, de Platon

Dans son ouvrage intitulé Timée, Platon perçoit en l'Ouroboros une créature circulaire, immortelle et auto-alimentée, qui est la première entité existante de l'univers.

Splendide oeuvre d'art, Statue de Platon

Merveilleuse oeuvre d'art : la Statue de Platon

Selon lui, cette bête n'a pas besoin d'yeux, ni d'oreilles, car elle n'a rien à voir, ni à entendre en dehors d'elle. De plus, elle n'a pas besoin non plus d'oxygène, ni d'organes de digestion, car elle s'auto alimente. En effet, rien ne sort ou ne rentre dans l'Ouroboros.

En somme, l'Ouroboros est l’être total. L'Alpha et l’Oméga du Cosmos, le commencement et la fin de tout.

Toujours selon le mythe, comme l'Ouroboros n'a besoin d'absolument rien, le créateur ne l'a pas pourvu de membres. Effectivement, il n'a ni jambes, ni pieds, ni rien qui puisse servir à marcher.

Mais, il a hérité d'un mouvement adapté à sa forme sphérique. D'ailleurs, c'est le mouvement qui est le plus approprié à l'esprit et à l'intelligence.

Les six autres mouvements lui ont été soutirés. Et comme on l'a dit, le mouvement circulaire ne nécessitant aucun "membre de marche", l'univers a été conçu sans jambes et sans pieds.

L'Ouroboros, aux portes d'Agartha

L'Ouroboros, aux portes d'Agartha

Le légende de Sisyphe

L'Ouroboros est également associé à la légende de Sisyphe. Ce dernier est un individu banni dans le monde souterrain d'Hadès.

D'après ce mythe, Sisyphe est contraint de déplacer une pierre ronde, mais terriblement lourde, dans une montée particulièrement sévère.

Mais, à chaque fois qu'il s'approche du sommet, l’énorme cailloux redescend vers le bas à toute allure. Chaque jour, Sisyphe doit donc remonter la pierre depuis le bas, et cela pour l'éternité tout entière.

La légende de Sisyphe

👉 Avant d'en finir avec les Grecs, sache que l'on a écrit un article sur les dragons dans la mythologie Grecque

D. Dans l'Alchimie

Alchimiquement, l’Ouroboros est employé comme glyphe (représentation graphique) purificateur.

En Alchimie, l'Ouroboros personnifie l'esprit de Mercure, qui est la substance qui pénètre et unifie toute la matière.

L’Ouroboros est aussi le nom du Grand Serpent du Monde, qui entoure la Terre.

Chrysopée de Cléopâtre

C'est dans le manuscrit la Chrysopée de Cléopâtre, datant du 3ème siècle et venant d'Alexandrie, qu'on retrouve le premier Ouroboros dans un récit alchimique. Il fut connu à très large échelle, à partir du 10ème siècle.

Ce manuel d'alchimie, Chrysopée (fabrication de l'or) de Cléopâtre comporte un dessin Ouroboros, représentant le serpent comme moitié clair et moitié foncé. Ses parties blanches et noires incarnent la dualité de l'existence (double nature de toutes choses) : 

  • Le conscient et l'inconscient,
  • La vie et la mort,
  • La lumière et l'obscurité, 
  • L'homme et la femme,
  • La mortalité et la Divinité,
  • La Terre et le Ciel.

Serpent en cercle, dans l'alchimie et la magie

En somme, c'est l'harmonie des forces contraires ... Cela ressemble fortement au symbole du Yin Yang, dans le Taoïsme.

La partie inférieure noire symbolise la force destructrice de la nature, la Nuit, la Terre ou le yin. Alors que la partie supérieure blanche incarne la force génératrice et créatrice, le Jour, le Ciel ou le yang.

Cet ouvrage est axé sur l'idée que l'un est tout. Ce concept est lié à la sagesse Hermétique. D'ailleurs, ce manuscrit comporte les mots Hen to Pan, pouvant se traduire par "le tout en un".

Si l’Ouroboros a été utilisé dans ce texte, ce n'est pas le fruit du hasard. En alchimie, une chrysopée est un terme qui signifie qu'un métal "basique" a subi une "transmutation" en un métal noble, comme l'or. Ainsi, ce concept est intimement associé à la quête de la pierre philosophale, qui était une substance liée à l'immortalité et au rajeunissement

Or, on rappelle que la principale mission de l'alchimiste était la libération des limites du corps humain, ce que l'Ouroboros incarnait à merveille.

Image d'un Serpent qui se mord la queue

L’alchimie à la Renaissance

Plus tard, lors de la Renaissance, un manuscrit alchimique intitulé The Aurora Consurgens, datant XVe siècle, utilise le symbole de l’Ouroboros, en liaison avec celui du soleil, de la lune et du mercure.

L'Alchimiste et médecin Sir Thomas Browne, s'est focalisé sur l'unité intemporelle de toutes les entités de l'univers, ainsi que sur le cycle vital : la naissance et la mort de toutes choses. L'alchimiste cherchait "à se libérer" de cette fatalité, à savoir briser le cycle incessant de l’Ouroboros, afin de trouver l'immortalité.

Ainsi, pour lui, l'alchimie avait pour mission d'atteindre la "perfection individuelle par la transmutation physique et la transcendance spirituelle". 

Dans un traité médical envoyé à un compagnon d'aventure, Sir Thomas écrit cela : que le premier jour soit le dernier, que la queue du serpent revienne dans sa gueule précisément à ce moment-là, et qu'ils se retrouvent le jour de leur Nativité, est en effet une remarquable coïncidence.

Sir Thomas Browne

Sir Thomas Browne

E. Dans le Gnosticisme

L’Ouroboros a été adopté par les philosophes Gnostiques, au IIe siècle avant Jésus Christ.

Le gnosticisme est un système d'anciennes idées religieuses qui traitent de la connaissance et de l'esprit-réel. Il n'est donc pas étonnant que les Gnostiques se soient intéressés aux Ouroboros.

Selon la pensée Gnostique, les hommes ont des âmes Divines, faites prisonnières dans des enveloppes mortelles, par un Dieu malintentionné.

L'une de leurs principales croyances est que le salut ne peut être trouvé qu'en combattant l'ignorance. Or, l’Ouroboros est un bon pas vers cela.

Pour les adeptes du Gnosticisme, la nature cyclique du serpent symbolise le concept d'éternité et l'essence même du monde. En effet, dans le Gnosticisme, un serpent qui se mettait la queue dans la bouche représentait le cycle naturel de la vie, qui recommence à l'infini. De plus, l'Ouroboros est lié au Dieu Solaire Abraxas, et représente donc l'éternité et l'âme de la terre.

Image de dragon en cercle

Aussi, du point de vue des Gnostiques, les extrémités opposées de l'Ouroboros (queue et tête) sont interprétées comme étant le Divin et le terrestre dans l'homme, qui, bien qu'en opposés les uns avec les autres, coexistent ensemble. En somme, il s'agit de deux entités différentes, l'âme et le corps, qui forment un tout : l'Homme.

Cette perception est manichéenne. Ce qui veut dire que cette philosophie ne laisse pas de place aux nuances, et donc que les choses sont clairement séparées : Bien et Mal / Âme et Corps ... Ainsi, on trouve des similarités avec la pensée Zoroastrienne du Farvahar. Cela dit, cette dernière recense une séparation de plus : Une partie d’âme est Divine (donc parfaite) / l'autre est humaine (donc faillible).

Par ailleurs, vers 400 après J.-C, dans le traité Gnostique Pistis Sophia, l’Ouroboros est dépeint comme un dragon possédant douze parties. Avec son bout dans la gueule, il encercle le globe.

L'Ouroboros dans le livre Gnostique Pistis Sophia

L'Ouroboros dans le traité Gnostique Pistis Sophia

F. Au Moyen Orient

Sachant que les Albigeois (adepte du Catharisme) venaient d'Arménie, où la religion du Zoroastrisme et le culte de Mithra étaient rependus, il est fort possible que l'Ouroboros ait intégré leur culture par l'intermédiaire de Faravahar, figure Zoroastrienne. Effectivement, dans certaines représentations, il possède un Ouroboros à la taille.

Dans certaines légendes du Mithraïsme, on distingue Mithra qui renaît, entourée d'un Ouroboros.

Cela met en évidence sa nature éternelle et cyclique. Et, même les références qui ne citent pas les Ouroboros font allusion à cette forme circulaire, comme incarnant l'immortalité de l'âme ou la nature cyclique du Karma.

Faravahar

Faravahar

G. Dans la Mythologie Nordique

Jörmungandr

Dans les légendes Nordiques, l’Ouroboros émerge sous les traits du gigantesque serpent de mer Jörmungandr. Ce dernier est l'une des trois progénitures de Loki (Dieu de la malice, de la discorde et des illusions) et d'Angrboda (géante de glace).

Selon la mythologie Nordique, ce colossal serpent dragon, aussi connu sous le nom de serpent de Midgard, a tellement grandi qu'il peut entourer la planète, en insérant sa queue dans sa bouche. On Pense également que cela lui permet de maintenir l'équilibre et l'unité du monde. La légende Nordique dit que le monde prendra fin lorsque Jormungandr relâchera son bout. Cela marquera le début de Ragnarok.

Le serpent gigantesque Jormungand

Jormungandr

Mythologies de Ragnar Lodbrok

Par ailleurs, dans les fameuses mythologie de Ragnar Lodbrok, et notamment dans le court texte Ragnarssona þáttr, le roi Géotien Herraud donne à sa fille Pora Town-Hart un petit ver de terre. Celui-ci évolue et mute en un grand serpent qui entoure le berceau de la pauvre fille. Comme à son habitude, le serpent se mord le bout de la queue. Ce serpent est mis à mort par Ragnar Lodbrok, qui épouse ensuite la fille du Roi.

Quelques années après, Ragnar a un fils avec une autre charmante dame, qui répond au nom de Kráka. Cet enfant voit le jour avec une image de serpent blanc dans un œil. Ce serpent entoure l'iris, et comme d'habitude, se mord le bout. Ce pauvre enfant fut alors baptisé Sigurd Œil de Serpent.

Ouroboros Viking

Ouroboros Viking

👉 Si t'es un passionné de mythologies Nordiques, on tient à te signaler que l'on a fait un article sur les dragons et les vikings.

H. En Europe

L'Ouroboros incarne également la galaxie de la Voie lactée.

Une légende fait allusion à un serpent de lumière qui habite dans les cieux. La Voie lactée est ce serpent, et vu du point central galactique près du Sagittaire, ce serpent mange sa propre queue. 

De nombreuses personnes ont utilisé la galaxie pour calculer les cycles cosmiques et terrestres.

Ouroboros et astrologie, avec étoiles

I. Chez les Aztèques

Chez les Aztèques, Quetzalcoatl est un Dieu Serpent. Certaines fois, notamment dans les ruines Aztèques et Toltèques, il est dépeint en train de mordre sa propre queue, comme le fameux Ouroboros. 

Sur la base de la pyramide du serpent à Plume datant de 700 à 900 après Jésus Christ, située à Xochicalco au Mexique, une forme circulaire du Quetzalcoatl est taillée.

Il faut savoir que Quetzalcóatl est une Divinité bienveillante, qui délivre à son peuple le savoir.

Cela dit, les tribus précolombiennes faisaient usage de l’auto-sacrifice, allant certaines fois jusqu’à offrir des humains pour calmer les dieux. Ainsi, il existait des rituels de saignées.

Même si le rapport avec l'Ouroboros n'est pas totalement défini, on peut supposer que l'Ouroboros avait une liaison avec ces pratiques macabres. En effet, l'Ouroboros aurait peut être permis d’établir une connexion entre le monde des vivants, et celui des défunts et/ou des Dieux.

Quetzalcoatl sous forme de cercle

Le Dieu Serpent Aztèque Quetzalcoatl

J. En Amérique du Sud

D'après les mythologie des peuples des basses terres tropicales d'Amérique du Sud, les eaux à proximité de l’équateur terrestre sont entourées par un serpent gigantesque.

Le plus souvent, ce reptile géant est dépeint sous les traits d'un anaconda, qui se croque le bout de son corps serpentiforme.

K. En Inde

Energie du Kundalini

Ouroboros, version Kundalini

Ouroboros, version Kundalini

Dans un texte Védique du fameux ouvrage Aitareya Brahmana, datant du début du 1er millénaire avant J.-C., la nature des rituels védiques est comparée à "un serpent qui se mord la queue".

Le symbole de l'Ouroboros y est employé pour représenter la Kundalini. Cette dernière est une énergie spirituelle, cosmique ou vitale.

D'après le texte du Yoga-kundalini Upanishad médiéval : "la Kundalini brille comme la tige d'un jeune lotus. Comme un serpent, enroulé sur lui-même, elle tient sa queue dans sa bouche et repose à moitié endormie comme la base du corps".

Energie du Kundalini

Energie du Kundalini

Shiva

D'autre part, on observe régulièrement des allusions à cet intriguant emblème dans la culture Indienne. Elles se matérialisent souvent sous les traits d'une entité qui tourne autour de quelque chose. Il s'agissait là très fréquemment du Dieu Shiva.

Ce dernier symbolise la dualité de la vie, exactement comme comme les Ouroboros. Shiva est apparaît souvent dans un cercle, incarnant le cycle de la vie :

  • La mort et la renaissance,
  • La création et la destruction,
  • Et l'éternité en général.

Shiva

Shiva

Fondation de la terre

Dans la cosmologie Hindoue, l’Ouroboros est aussi un dragon qui encercle la tortue qui supporte les quatre éléphants, eux même soutenant la Terre. Pour les Hindous, l'Ouroboros est donc une des fondations sur lesquelles repose la terre.

Ouroboros Hindou

L. En Afrique de l'Ouest

Dans de nombreuses traditions ancestrales et religions de l'Afrique de l'Ouest, le serpent est un animal sacré.

Le demi-Dieu Aido Hwedo prend régulièrement l'apparence d'un serpent en train de se mordre le bout.

On retrouve la symbolique de l'Ouroboros dans l'imagerie du peuple Fon ou Dahoméenne, et aussi dans la représentation iconographique du peuple yoruba, sous l'appellation d'Oshunmare.

Aido Hwedo

Aido Hwedo

M. Pour les Chrétiens

Pour les Chrétiens, l'Ouroboros est l'incarnation des limites physique de cette planète.

Il illustre également la nature périssable et dévorante d'une simple existence dans ce bas monde.

N. En Haiti

Lors de l'année 1812, la République d'Haïti, sous la gouvernance d'Alexandre Pétion, a mis en circulation sa première monnaie frappée localement, comportant l'icone d'un serpent se mordant le bout.

Pièce de monnaie de la république d'Haiti, de l'année 1812

5. Dans les sociétés secrètes

Sachant que le symbole de l'Ouroboros se révèle être très spirituel, avec des sens plus ou moins "codés", et sujet à diverses interprétations, il est logique que des sociétés secrètes se soient emparées de ce motif. 

Ainsi on le trouve dans des mythes et des sciences occultes.

A. Dans le Tarot et Filigranes

L'Ouroboros intervient dans les filigranes (dessin figurant sur certains papiers, quand on les regardes par transparence) d'impressions Albigeois, lors des 14ème et 15ème siècles.

L'emblème de l'Ouroboros est aussi déployé dans une multitude de cartes à jouer, ainsi que de cartes de tarot du début du 14ème et 15ème siecle.

Par ailleurs, on observe que des filigranes semblables à ceux des Albigeois se trouvent sur les toutes premières cartes à jouer imprimées. Ainsi, cela laisse supposer que les Albigeois ont eu des liaisons avec les inventeurs du jeux de tarot.

D'autres part, peut légitimement se demander si ce n'est pas les Albigeois qui sont à l'origine des légendes selon lesquelles l’Ouroboros est une figure associée aux sociétés secrètes.

En effet, les Albigeois sont étroitement liés au courant humaniste, qui deviendra la philosophie des lumières un peu plus tard, qui aboutiras à la révolution Française. Les Albigeois ont donc probablement subit l'inquisition de l’église Catholique, à l’époque.

Ouroboros Tarot

B. Dans la Franc-Maçonnerie

Sur bon nombre de sceaux Maçonniques, frontispices et autres images (datant majoritairement du 17ème siècle), on peut apercevoir la présence de l’Ouroboros.

D'ailleurs, figure-toi que le symbole de l'Ouroboros se trouve sur la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, de 1789. Ainsi, en plus d'être utilisé par la Maçonnerie, l'Ouroboros fait aussi partie de l'histoire de tous les Français !

Déclaration des droits de l'homme

C. Dans la Société Théosophique

L'Ouroboros est aussi présent sur le sceau de la Société Théosophique, accompagné de plusieurs autres symboles traditionnels.

Cette société a été fondée à New York, le 17 novembre 1875.

6. Dans le monde Moderne

Maintenant que nous avons bien fait le tour des traditions anciennes dont l’Ouroboros serait originaire, il est intéressant de regarder quel héritage ce dragon (ou ce serpent) qui se mord son bout nous a laissé. C’est encore aujourd’hui un icone forte, qui a été reprise dans de nombreuses œuvres culturelles.

A. Utilisé par les chercheurs

Dans la culture moderne, le terme Ouroboros est utilisé par les chercheurs et les universitaires, quand ils conversent officiellement de la mythologie, de l'histoire et de la religion ancienne.

La spiritualité du New Age (courant spirituel occidental des 20ème et 21ème siècle), l'alchimie et l'astrologie peuvent également faire référence aux Ouroboros, lors-qu’est abordé le sujet de la boucle de la vie et de la mort, et de l'harmonie cosmique.

Image d'Art Ouroboros

B. Art, littérature et musique

Mais ce n'est pas tout. L’Ouroboros est aussi souvent mentionné dans l'art, la littérature et la musique. Cela va du roman fantastique d'Eric Rücker Eddison intitulé The Worm Ouroboros (1922), à la chanson "Ouroboros" de 2012 des psycho-rockeurs, Ruby the Hatchet.

Dans la parole et l'écriture, l’Ouroboros est souvent appelé "le serpent mangeur de soi". Il est employé comme expression savante ou métaphorique pour illustrer l'infini, la cyclicité ou d'autres types de phénomènes en boucle, souvent de nature autodestructrice.

The Worm Ouroboros

The Worm Ouroboros

C. Tatouage

L’Ouroboros est également un tatouage populaire.

Ainsi, on le retrouve sous la forme d’un tatouage dans le manga Fullmetal Alchemist. Là encore, la connotation spirituelle n’est jamais loin.

On note que Dana Scully, dans X-Files, s'est faite tatouer un Ouroboros dans le dos, car il représente à ses yeux la progression de sa vie.

Tatouage Ouroboros dans Fullmetal Alchemist

Tatouage Ouroboros dans Fullmetal Alchemist

D. Chimie

En 1865, l’Ouroboros aurait inspiré le chimiste Organicien allemand August Kekulé, dans sa découverte de la structure cylindrique du carbone lié d'une molécule de Benzène.

Voici ce qu'il a dit :

"J'étais assis, j'écrivais sur mon livre, mais le travail n'avançait pas, mes pensées étaient ailleurs. J'ai tourné ma chaise vers le feu et je me suis assoupi. De nouveau, les atomes gambadaient devant mes yeux. Cette fois, les petits groupes sont restés modestement à l'arrière-plan. Mon oeil mental, rendu plus aigu par les visions répétées du genre, pouvait maintenant distinguer de plus grandes structures de conformation variée : de longues rangées, parfois plus serrées les unes contre les autres ; le tout s'enroulant et se tordant en un mouvement de serpent. Mais regardez ! Qu'est-ce que c'était ? Un des serpents s'était emparé de sa propre queue, et la forme tourbillonnait de façon moqueuse devant mes yeux. Comme si un éclair m'avait réveillé, et cette fois-ci, j'ai passé le reste de la nuit à réfléchir aux conséquences de cette hypothèse."

August Kekulé

August Kekulé

E. Psychologie

A la fin du 19ème et 20ème siècle, le psychiatre suisse Carl Jung a affirmé que les Ouroboros ont été les modèles qui ont servi de fondement, de mandala de base, à l'alchimie.

Les alchimistes en savaient davantage sur la nature du processus d'individuation que nous, les modernes. Pour Jung, c'est un processus par lequel un être devient un in-dividu psychologique, c'est-à-dire une unité autonome et indivisible.

Selon lui, dans la perception ancestrale de l'Ouroboros, se trouve l'idée du désir subconscient de se consommer et de renaître perpétuellement.

Effectivement, il était évident pour les alchimistes les plus aiguisés que la prima materia (première matière) était l'homme lui-même. 

L'Ouroboros est l'incarnation de l''immortalité. En effet, il est dit que l'Ouroboros se tue et se met en mouvement, se féconde et se met au monde. Il est le symbole de l'Unique, qui participe au choc des opposés. Il constitue par conséquent le secret de la prima materia, qui surgit indéniablement de l'inconscient de l'homme.

Le psychiatre anglais Helton Godwin Baynes, ami et traducteur de Jung, a introduit l’Ouroboros en Angleterre, avec son étude sur la schizophrénie de 1940. Selon lui, l'uroborus représente notre continuité psychique avec le passé immémorial.

Carl Jung

Carl Jung

F. Cosmos

Échelles de l'univers

Martin Rees, scientifique britannique et professeur d'astronomie, a utilisé l'ouraborus pour illustrer les différentes échelles de l'univers. Cela va de 10-20 cm (sub-atomique) à la queue, jusqu'à 1025 cm (supra-galactique), la tête de l'Ouroboros.

Ce scientifique Britannique a insister sur le fait que les liens intimes entre le micro-monde et le cosmos, symbolisés par la queue et la tête de l'Ouraborus, se rejoignent pour compléter le cercle.

Ouroboros et Galaxies Étoilés

G. Crop Circles

Plusieurs Crop Circles (formes colossales apparaissant dans les champs, dont ont attribut certaines fois la réalisation aux extra-terrestres), épousent la forme de l’Ouroboros.

Crop Circles Ouroboros

Crop Circles Ouroboros

7. Quelle est vraiment sa signification ?

Sachant que l'Ouroboros porte en lui un message très fort et est sujet à de nombreuses interprétations (en fonction de l'emplacement géographique, de l’époque et du courant de pensée), on va faire un petit récapitulatif (non exhaustif) de ses significations.

Aussi, il faut avoir l’esprit grand ouvert pour s’y pencher profondément et sérieusement. En effet, la connotation de cet icone est extrêmement spirituelle.

Image Ouroboros

A. Cycle éternel

Sans rentrer dans une approche religieuse de la question, le serpent Ouroboros renvoie à la notion d’unité. C’est-à-dire qu’il symbolise la notion de cycle éternel de par sa forme circulaire. Naissance, Mort, Renaissance.

L’idée la plus forte derrière est une idée de renouvellement. La mort serait finalement une illusion. L’humain suivrait cette boucle en permanence de naissance, de mort et de renaissance perpétuelle. Un peu comme les saisons qui reviennent inlassablement.

Ouroboros Celtique avec Arbre de Vie

B. Infini

La notion d’infini et donc d’éternité est également très forte. Lorsque le serpent (ou le dragon) se mord la queue, il forme une boucle discontinue. Il n’est donc pas toujours simple de distinguer son début de la fin. Là encore, c’est très spirituel car cela renvoie à la notion d’âme humaine. 

Une âme capable de s’affranchir des limitations du temps et qui ne serait jamais réellement affectée par la mort de l’individu. En somme, il incarne la vie à perpétuité.

Dragon symbole de l'infini

C. Harmonie des opposés

Comme on l'a vu, l'Ouroboros symbolise aussi l'harmonie entre les forces opposés, un peu comme le yin yang.

En effet, la bouche et la tête du dragon Ouroboros sont deux entités à l’extrême opposé de son corps, mais elles se complètent. Ainsi cela peut être appliquer au reste de l'univers : les hommes et les femmes, l'hiver et l'été ...

D. Ésotérisme

L’Ouroboros est un des plus vieux emblèmes ésotériques. Il porterait donc en lui un message permettant à celui qui parvient à le déchiffrer, d’ouvrir de nouvelles portes.

Image Ouroboros Ésotérique

8. L'Ouroboros du Clan du Dragon

Et toi, qu'es-ce que t'évoque ce curieux symbole ? 

En tous cas, si tu souhaite pénétrer plus encore dans l'univers de l'Ouroboros, nous mettons à ta disposition sur notre site divers bijoux : Pendentif, Collier, Bague, Anneau ... le tout au motif de l’Ouroboros bien-sur !

Ces bijoux sont en acier inoxydable, en argent 925 sterling ou en alliage de zinc.

👉 Le clan du dragon vous invite à découvrir l'article sur l’Ouroboros écrit par les Portes de l'Aggartha.

👉 L'article de Dol-Celeb sur l'Ouroboros vaut également le détour.


1 commentaire

  • Decourt

    Pour votre article en 6B ou 6C, vous pouvez ajouter l’ouroboros infini de la série Altered Carbon. Ce symbole y trouve toute sa signification, puisque dans un monde futuriste les humains ont trouvé le moyen de vivre presque infiniment. Le héros porte un tatouage magnifique de dragon en forme d’ouroboros infini. Une série à voir absolument.

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.