Ryūjin

Ryūjin : Le Dieu Japonais de la Mer

de lecture - mots

Ryūjin, ou Ryōjin, était un dragon de la mythologie japonaise. Il fut le Roi ou le Dieu des dragons. Il était également la Divinité qui protégeait la mer, ainsi que de nombreuses familles Japonaises. De plus, il était le chef des serpents. Ça faisait beaucoup tout ça !

Ryūjin faisait parti des 8 rois dragons issus de la mythologie Indienne, puis Chinoise et Coréenne.

Par ailleurs, ce dragon Japonais était muni d'une grande bouche et pouvait prendre forme humaine.

Dragon Roi de la mer

Le Ryūjin

1. Un ancêtre impérial

Dans la culture Japonaise, Ryūjin était le père de la splendide déesse Otohime. Celle-ci se maria avec le prince chasseur Hoori.

D'après la légende, le premier empereur Japonais, Jimmu, aurait été un petit fils de ces deux là. Le Ryūjin serait donc un ancêtre de la dynastie impériale Japonaise.

Jimmu

Jimmu, le premier empereur Japonais

2. Une puissance aquatique

Ce dragon des mers symbolisait l'inépuisable force de l'océan.

Avec ses joyaux magiques, il faisait et défaisait les marées. Ainsi, il incarnait à la fois les risques et les bienfaits de la mer. Dans ce cadre, on comprend bien pourquoi le Japon ancestral l'a érigé comme emblème.

Dans certaines traditions, il est associé à Owata Tsumi No Kami, une autre divinité de l'eau.

Tableau du Dragon Japonais Ryujin

3. Le Kami (Divinité) de l'eau

Le Ryūjin était souvent assimilé au Sujin, le kami mineur de l'eau douce, des sources et des puits.

En tant que kami de l'eau, Ryūjin était lié à Raijin (kami du tonnerre), qui faisait surgir la pluie et les éclairs.

Les pêcheurs imploraient le dragon kami afin d'avoir des pêches fructueuses et des mers apaisées. Ils célébraient des fêtes en l'honneur du Ryūjin, qui était alors glorifié comme étant le kami de la mer et le kami du palais du dragon.

Par ailleurs, selon une croyance, le métal effaçait les supers pouvoirs des serpents. Ainsi, pour ne pas les mettre en furie, les pêcheurs pensaient qu'il ne fallait pas faire tomber du métal dans l'océan. 

C'est dans ce contexte que naquit l'idée de la similarité entre le kami serpent, le kami dragon et le kami de la mer.

Raijin, le Kami du tonnerre

Raijin, le Kami du tonnerre

4. Seigneur des serpents

Le Ryūjin était le seigneur de la mer et des serpents. Ces derniers étaient vu comme une forme de dragon par les Japonais ancestraux. Ils étaient également considérés comme les messagers du Ryūjin et étaient un des relais extérieur de son palais.

Les serpents étaient associés à la mort et au tonnerre, ce qui était lié au rôle du Ryūjin en tant que porteur de pluie et de tempêtes.

Ryujin le roi de la mer

5. Des compétences en médecine

De plus, il avait des compétences en médecine, et possédait un établissement de santé avec pleins de remèdes utiles, notamment pour assurer une longue vie.

Ryūjin de la mythologie Japonaise

6. Les demeures du Ryūjin

Les profondeurs du lac Biwa, au nord-est de Kyoto, sont souvent mentionnées comme étant la demeure du Ryūjin.

Ce dragon Japonais habitait dans le Ryūgū-jō, qui était un palais sous la mer. Ce château était bâti en cristal massif ou en coraux rouges et blancs.

La famille et les fidèles serviteurs de Ryūjin vivaient avec lui, dans ce palais. Les tortues marines, les poissons et les méduses étaient fréquemment décrits comme étant les domestiques du Ryūjin.

Palais du Ryūjin

Palais du Ryūjin

Depuis cette demeure, le Ryūjin maîtrisait les marées en utilisant ses joyaux enchantés.

Ce Dieu des mers possédait aussi des sanctuaires dans tout le Japon. Notamment dans les zones rurales, où la pêche et les pluies étaient primordiales pour l'agriculture, et donc la survie des gens.

Les prières pour la pluie étaient exécutées dans les rivières, les marécages, les étangs et les piscines profondes. Ces lieux étaient considérés comme les demeures du Ryūjin.

Les rituels agricoles, tels que les prières pour la pluie et les tirages de corde, étaient perpétrés avec une corde de paille en forme de serpent dragon.

Lac Biwa

Lac Biwa

7. Les légendes du Ryūjin

On retrouve le Ryūjin dans plusieurs récits Japonais.

Il y reflète la nature changeante de la mer : il peut être une puissance dévastatrice, mais aussi une entité bienveillante qui vole au secours des gens.

Ryujin le Dieu de la mer

A. L'impératrice Jingū

Selon certains récits, l'impératrice Jingū a pu mener à bien sa bataille en Corée, grâce aux joyaux maritimes du fameux Ryūjin.

En effet, lorsqu'elle a combattu contre la marine Coréenne, l’impératrice a balancé le kanju (joyau de marée) dans la mer. La marée s'est alors retirée. Cela a bloqué la flotte de l'armée de Corée et les guerriers Coréens ont du sortir de leurs bateaux.

L'impératrice Jingū a alors mis le manju (bijoux de marée) dans l'eau, et d'un coup la mer remonta. Les soldats Coréens furent enseveli sous un déluge d'eau. 

Chaque année, ce mythe est honoré par une festivité dans le sanctuaire de Yasaka. Elle se nomme Gion Matsuri.

Impératrice Jingū

Impératrice Jingū

B. La méduse

D'après certains Récits, le Ryūjin souhaitait déguster du foie du singe, afin de remédier à une éruption cutanée inguérissable.

Pour cela, il chargea les méduses de lui trouver un singe. Elles s’exécutèrent.

Ce dernier, voulant s’échapper d'une méduse, lui dit que son foie était dans un bocal dans les bois. Il lui dit qu'il allait le trouver et lui ramener. Mais bien-sur, la méduse ne l'a plus jamais revu.

Lorsque la méduse revint et qu’elle apprit cela au Ryūjin, il se mit dans une terrible exaspération. Il frappa la méduse jusqu'à ce que ses os soient écrabouillés.

Méduse et Ryūjin

C. Tawara Toda et les Mille-Pattes

Dans un conte un peu plus valorisant pour son image, le Ryujin a offert une cloche (bien qu'il l'ait subtilisée auparavant) au héros Tawara Toda.

Ce présent était un cadeau pour le remercier d'avoir préserver la sécurité de son palais. En effet, un féroce mille-pattes, gigantesque comme une montagne, avait pris pour cible le Palais.

Ce guerrier héroïque était renommé pour son habileté au tir à l'arc. Cela dit, ce n'est qu'après avoir mis sa quatrième et dernière flèche dans sa salive, qu'il est parvenu à tuer la colossale bestiole.

La cloche fut laissée dans le temple Mii-dera. Et, il est probable que le Ryujin, dans sa grande bonté, ait aussi donné au héros un énorme sac de riz intarissable. Et ce n'est pas tout, Tawara Toda a aussi reçu un chaudron magique pouvant cuire des aliments sans feu. Pratique tout ça !

Cloche géante offerte à Tawara Toda

Cloche géante offerte à Tawara Toda

D. Le pêcheur Urashimataro

Un jour, un pêcheur a vu des enfants embêter une tortue sur la plage, et il les a repousser.

En remerciement, la tortue a offert à Urashimataro un voyage en mer et une visite gratuite du palais sous-marin de Ryūjin. Sacré cadeau !

Là-bas, la fille du roi dragon des mers lui a fait un délicieux festin. Avant de repartir, il reçu en cadeau une boîte à bijoux.

Quand le pêcheur Urashimataro retourna chez lui, il s'aperçu que son village avait changé depuis son départ. Il ne trouvait ni sa famille, ni sa demeure.

Il discuta avec une vieille dame qui se souvenait dans ses lointains souvenirs qu'un pécheur avait mystérieusement disparu, il y a fort longtemps.

Et, ajoutons à ça que, lorsqu'il ouvrit sa boîte à bijoux, une brume sortit et le transforma immédiatement en un très vieil homme.

Au fond de la boîte, il y avait une seule plume. Lorsque Urashimataro la saisi, il se transforma en grue, emblème de la joie.

Ensuite, il pris son envol vers le lointain palais de Ryūjin.

👉 Découvre le Poster du Ryūjin

Urashimataro

Urashimataro

E. Hoori et l'hameçon magique

Ruyijin, cette fois-ci sous le nom de Watatsumi, occupe une place importante dans l'histoire de Hoori, qui est racontée dans le Kojiki, en 712 après JC.

Hoori, le plus jeune fils de Ninigi (petit-fils de la déesse du soleil Amaterasu), emprunta l'hameçon magique de son frère Hoderi.

Cet hameçon permettait de capturer une multitude de poissons, sans fournir d'efforts.

Mais, sans raison, lorsque Hoori l’essaya, il n'eut aucun résultat. Et même pire, il le perdit au fin fond de la mer.

Très furieux de la perte de cet hameçon, Hoderi déclina l'offre de son frère qui voulait lui fournir 500 hameçons crées avec son épée brisée.

Alors qu'il était sur la plage, Hoori fut approché par un kami qui, ayant perçu sa tristesse infinie, lui conseilla de voir Watatsumi.

Watatsumi

En effet, il lui dit que ce dernier serait probablement en mesure de lui restituer ce fameux crochet, à condition que ce soit demandé poliment.

Hoori bâtit alors un petit navire. Après un long voyage, il débarqua au palais du Dieu de la mer Ryūjin. Là, il fut accueilli par la fille de Watatsumi, Toyotama-hime. Bouleversé par la sublime princesse, il oublia pourquoi il était venu jusque là.

Hoori et Toyotama-hime se marièrent avec la bénédiction de Watatsumi. Il leur offrit tant de cadeaux qu'il fallut 100 tables pour les exhiber.

Cependant, dans leur joyeuse jeunesse, ils ont plutôt perdu la notion du temps. De nombreuses années s'écoulèrent donc, avant que Hoori ne se rappelle que son frère attendait encore l'hameçon.

Lorsqu'il dit cela à Watatsumi, le Dieu de la mer rassembla tous les poissons et découvrit l'hameçon dans la bouche d'une daurade.

Il maudit l'hameçon et donna ensuite à Hoori deux joyaux avec lesquels il pouvait contrôler les eaux qui irriguaient ses rizières.

De retour chez lui après qu'un requin l'ait aidé à se relever, les bijoux magiques permirent à Hoori de devenir très fortuné et de vivre pendant 500 ans, alors que son frère était en ruiné.

Hoori et Toyatama Hime

Hoori et Toyatama Hime

8. Dans le Shintoïsme

Ryūjin shinkō est une forme de croyance religieuse Shinto (Shintoïste) qui vénère les dragons, comme étant des kamis d'eau. Ces derniers sont liés aux rituels agricoles, aux prières de la pluie et à la réussite des pêcheurs.

Le Japon possède plusieurs sanctuaires shintoïstes dédiés au dieu de la mer Watatsumi. On trouve par exemple le Daikai Jinja, à Osaka.

Daikai Jinja à Osaka

Daikai Jinja à Osaka

9. Dans l'art et la culture

Dans l'art, Ryūjin est généralement représenté comme un dragon de mer ou un serpent géant. Il peut aussi porter le joyau rond magique, qui représente le pouvoir et la monarchie Japonaise. Et avec lequel il contrôle les courants.

Par ailleurs, la station Katase-Enoshima de Fujisawa, a également été conçue en tenant compte de Ryūgū-jō. Ces somptueuses édifices architecturaux rendent gloire à la culture, aux coutumes et aux traditions uniques du Japon.

Station Katase-Enoshima

Station Katase-Enoshima

👉 Le Ryujin te passionne ? Prolonge ton amour pour lui en découvrant l'excellent article de Dol-Celeb à son sujet.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.